Sortie du Mardi 23 Mai 2017

Classé dans : Randonnées | 0

Nous partons affronter ce fameux pic de Couar, l’orthographe du Pic hésite entre Couard et Couar. Les gens du cru préconisent Couar, évoquent le croassement du corbeau … Ils trouvent  Couard péjoratif (couardise). Le dictionnaire d’Honnorat indique que couar peut être une déformation du provençal cor qui signifie « cœur, courage, centre ». Ainsi le Pic de Couar serait le Pic de Coeur, il ne serait plus le Pic des Peureux mais le Pic des Courageux !!!!!

 

Nous allons donc essayer d’être courageux, au parking des Mées nous nous sommes retrouvés une quinzaine prêts à gravir cette beauté. Nous nous dirigeons à Archail derrière Digne, petit village au pied du majestueux Pic de Couar avec son voisin, le Cucuyon, ces deux sommets sont emblématiques du pays dignois.

 

Face à la mairie, l’église trône et à ses côtés le plus petit café du monde, qui ne voit que 10 habitants permanents et dix fois plus l’été ! un habitant nous indique un parking plus haut, nous faisant gagner ainsi quelques kms.  

 

Trop contenst de l’information nous prenons une petite route qui nous conduit vers la source captée du Tourounet et plus haut une réserve d’eau qui permet au village de ne jamais manquer d’eau. Le sentier commence à monter fortement.  Après un aller-retour imprévu nous repartons sur un agréable sentier qui serpente dans les fayards (hêtres). Ici la pente est moins raide et l’on a apprécié la fraîcheur des lieux.

 

Nous serpentons maintenant dans une forêt de mélèzes, après les mélèzes, à nouveau les fayards. Le sentier, agréable, nous laisse encore un répit. Sous le Pas d’Archail, le mélèze domine à nouveau. La pente se raidit, il faut raccourcir la foulée, le spectacle est immense, nous prenons un instant pour admirer la vallée, le village d’archail et le déversoir de la source captée du Tourounet.

Le sentier nous conduit en quelques minutes à la source située sous le refuge public et l’embranchement du Pré l’Evêque et le sommet du Cucuyon,

 

nous voici enfin arrivés à l’abri public cet espace verdoyant est idéal pour récupérer toute cette montée. Ses pelouses sont au printemps, tapissées d’Anémones et de tulipes des alpes. Ici débouche une piste dont le départ est Tartonne. Piste utilisée par les bergers pour l’entretien et le suivi des troupeaux.

 

Suivre la crête est un exercice assez difficile car le pourcentage de pente y est relevé. Nous reprenons notre souffle en faisant quelques haltes pour admirer sur notre droite la vallée de la Bléone et derrière nous le Pré l’Evêque et le sommet du Cucuyon. En nous retournant nous avons pu évaluer le chemin parcouru depuis l’abri public, le final sera facile par un sentier pittoresque avec vue sur le village et vallée de Tartonne au Sud.

 

Enfin la croix au sommet du Pic de Couard… nous sommes arrivés… Ouf, ce fut laborieux pour moi. Superbe belvédère occupant l’extrémité Nord de la barre des dourbes ; du haut de ses 1988 m, ce sommet offre une vue incomparable sur 360°.

Le décor est posé. Au Sud, la vallée de Tartonne. A l’Ouest, la vallée de la Bléone et Digne les Bains avec en fond la Montagne de Lure et par temps sans brume le Ventoux. Au Nord, les Cloches de Barles, la montagne du Blayeul et dans le fond la chaîne des Ecrins. A l’Est, le sommet du Cucuyon, la chaîne de l’Estrop et le Cheval Blanc.

Le repas pris dans ce lieu idyllique nous a fait oublier la fatigue du matin, mais il faut repartir, la descente se fera sans difficulté.

 

Quel bonheur cette randonnée au cœur d’une végétation de mille fleurs, une merveille pour les yeux, une nature à vous couper le souffle.

 

Merci Jacky d’avoir demandé cette randonnée et merci à Françoise de nous avoir guidés tout au long de cette journée.

 

Nous avons fait 12 km et 956 m de dénivelé.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.