Sortie du Mardi 11 Octobre 2016

Classé dans : Randonnées | 0

Encore une belle journée passée tous ensemble dans un lieu chargé d’histoire et de mystères. Au nombre de 28 participants 10 hommes et 18 femmes, nous sommes partis découvrir ce site naturel d’exception, propice à la méditation, Fontaine-de-Vaucluse a séduit nombre de poètes, dont Pétrarque, le plus célèbre d’entre eux. A l’entrée de la Vallis Clausa, les ruines du château du XIIIème, XIVème S. dominent, sur son éperon rocheux le village. D’abord propriété des Comtes de Toulouse, cette forteresse devint, à partir de 1216, la résidence d’été des Evêques de Cavaillon.  Vallis Clausa » est le nom originaire, dès 979, de cette cité bénie des dieux. En 1946, elle choisit de s’appeler Fontaine de Vaucluse pour éviter toute confusion avec le nom du département.

Dominé par l’ancien oppidum de Bondelon (la citadelle), notre circuit a suivi les anciens chemins empruntés par les charretiers. Ils sont reconnaissables à leurs ornières polies appelées rodans.

Malgré quelques frémissements dans les jambes, nous avons traversé l’aqueduc de Galas, long de de 159 mètres, 24 mètres de hauteur, 13 arches de 9 mètres d’ouverture, sa construction débuta en 1854 et l’inauguration du canal, par l’impératrice Eugénie, aura lieu le 12 juillet 1857.

Nous avons poursuivi notre chemin le long des berges du canal de Carpentras, alimenté par l’eau de la Durance,  pour rejoindre la piste des Fayardes, nous amenant ainsi vers tout un ensemble de bories, que nous avons visité avec beaucoup d’intérêt. Notre descente nous a conduit vers le village et nous n’avons pu résisté à aller voir la source de la fontaine, pour finir notre randonnée en beauté. Nous avons cherché l’eau, elle est très basse en ce moment.

Pourtant elle a un écoulement total moyen de 630 millions de m3 par an, cette source est la première de France, et l’une des plus importantes au niveau mondial, par son volume d’eau écoulé. Elle résulte de l’émergence d’un immense réseau souterrain. Source fraîche et paisible en été, bouillonnante et impétueuse au printemps-automne, la Fontaine de Vaucluse, véritable caprice de la nature, ne cesse d’intriguer curieux et chercheurs depuis l’antiquité.
Les eaux qui bondissent à Fontaine de Vaucluse proviennent de l’infiltration des eaux de pluie et de la fonte des neiges du sud du Mont Ventoux, des Monts de Vaucluse et de la Montagne de Lure qui représentent un « impluvium » de 1240 km² et dont l’unique issue demeure la Fontaine.

 

 

le secret de la Fontaine :

Parti pour faire danser les filles de l’Isle sur la Sorgue, le vieux ménétrier Basile s’endormit à l’ombre un jour, sur le chemin de Vaucluse.
Apparut une nymphe qui, belle comme l’onde claire, prit la main du dormeur et le conduisit au bord de la vasque où s’épanouit la Sorgue.
Devant eux, l’eau s’entrouvrit et les laissa descendre entre deux murailles de liquide cristal au fond du gouffre.
Après une longue course souterraine, la nymphe, au milieu d’une souriante prairie semée de fleurs surnaturelles, arrêta le ménétrier devant 7 gros diamants.
Soulevant l’un deux, elle fit jaillir un puissant jet d’eau. Voilà, dit-elle, le secret de la source dont je suis la gardienne pour la gonfler je retire les diamants,
au septième, l’eau atteint le figuier qui ne boit qu’une fois l’an » et elle disparut en réveillant Basile.

Nous avons parcouru 13 km avec un dénivelé de 491 m, cumulé 515 m.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.