Notre séjour dans les cotes d’Armor en Bretagne

Notre séjour dans les cotes d’Armor en Bretagne

Classé dans : Séjours | 0

Nous voilà de retour, contents de partir et heureux de revenir, les voyages forment la jeunesse nous avons dû gagner quelques années.

Après un voyage un peu long mais tranquille nous avons découvert cette région de Bretagne, entre côte de Penthièvre et côte du Goëllo, la baie de St Brieuc. Bien calé au fond de sa baie Roz Armor nous est apparu dans un magnifique décor, la mer, quelques falaises pleines de verdure, des roches magnifiques, du soleil et quelques nuages pour que le ciel soit digne de sa région.

Le décor est superbe, nous avons vite déposer nos bagages pour voir cette mer tant attendue, mais où est-elle passée ?? il a fallu marcher un peu pour toucher l’eau, par chance elle est revenue, d’ailleurs elle n’a fait que cela partir et revenir pendant notre séjour.

 

Bien installéS nous avons pris notre repas du soir et après une bonne nuit de sommeil nous avons commencé notre 1ere journée par une rando découverte de la baie d’Erquy, capitale de la coquille St Jacques, encadré par Marie notre charmante et jeune guide. Nous avons eu la chance tout au long du séjour d’avoir des guides passionnés, nous avons pu ainsi, autant sur la faune que sur la flore, enrichir nos connaissances.

 

L’après-midi nous avons marché jusqu’à la chapelle St Michel (leur petit Mont St Michel à eux) dont ils sont très fiers, belle balade par un temps ensoleillé à marée basse.

Mardi

debout depuis 4h20 nous partons pour découvrir l’île de Jersey, nous embarquons à St Malo.

Dommage que nous ne puissions visiter cette cité des corsaires, mais nous ne pouvons pas tout faire, les journée sont déjà bien remplies.

Au loin le ciel n’est pas très accueillant, là aussi un peu de soleil nous aurait fait plaisir, mais nous prenons le temps comme il est.

La traversée se fait sans histoire, la mer est assez calme.

Nous sommes accueillis par Catherine notre guide du jour, en car nous visitons une partie de l’île. Une île façonnée par la mer, où les marées, parmi les plus impressionnantes au monde, chevauchent le littoral et nourrissent les terres. Surnommée l’île aux fleurs, la plus grande des îles anglo-normandes (118,2 km2 pour 99 500 habitants). dont la capitale est Saint-Hélier, offre une variété extraordinaire de paysages : plages, sentiers côtiers, villages de charme.

L’île est une dépendance de la Couronne britannique représentée par un lieutenant-gouverneur. Le bailliage de Jersey comprend l’île de Jersey, ainsi que les récifs des Écréhou et des Minquiers et quelques autres îlots inhabités. En car nous avons suivi une partie du littoral, quelques villages et l’intérieur des terres, avec du soleil nous aurions mieux apprécié la beauté de cette île. Le car nous a laissés près de la plage de St Brélade, nous y avons dégusté notre repas, le temps, qui, jusque-là s’était tenu tranquille, nous a arrosés sans ménagement tout au long de notre randonnée.

Trempés comme une soupe, nous avons demandé grâce à la plage de St Aubin. Par chance un petit train à l’arrêt, quelle aubaine à St Aubin il fallait le faire et surtout grâce à Jacky qui a su monnayer le voyage, nous ne l’avons pas assez remerciée de nous avoir sauvés des eaux.

Nous avons ainsi poursuivi la visite bien à l’abri avec les commentaires du chauffeur. Ce fut une véritable aventure. Débarqués nous avons traversé St Hélier, toujours sous la pluie, au pas de course jusqu’à lieu où nous devions prendre la navette nous ramenant au bateau, notre guide nous a offert une boisson chaude pour nous remettre de nos émotions. Le voyage du retour sans problème, sauf que nous sommes rentrés à plus de 23h, un repas froid nous attendait.

 

 

Mercredi

nous partons pour le Mont St Michel. Rocher planté au fond d’une baie immense qui s’anime au rythme des marées dont le nom d’origine est le Mont-Tombe.

Fondé selon la tradition à la suite de trois songes qu’eût en l’an 708 Saint-Aubert évêque d’Avranches, le Mont Saint-Michel fut, dès ses origines, un grand centre de pèlerinage. Avant l’an mil fut élevée l’église préromane. Au XIe siècle, l’église abbatiale romane fut fondée sur un ensemble de cryptes, au niveau de la pointe du rocher et les premiers bâtiments conventuels furent accolés à son mur nord. Au XIIe siècle, les bâtiments conventuels romans furent agrandis à l’ouest et au sud. Au XIIIe siècle, une donation du roi de France Philippe Auguste à la suite de la conquête de la Normandie, permit d’entreprendre l’ensemble gothique de la Merveille : deux bâtiments de trois étages, couronnés par le cloître et le réfectoire. Au XIVe siècle, la guerre de Cent ans rendit nécessaire la protection de l’abbaye par un ensemble de constructions militaires qui lui permit de résister à un siège de 30 ans. Au XVe siècle, le chœur gothique flamboyant remplaça le chœur roman de l’église abbatiale. Enfin, jusqu’au XVIIIe siècle, s’est poursuivie la construction des logis abbatiaux qui composent la façade sud de l’abbaye. Transformée en prison de la Révolution au Second Empire, l’abbaye est confiée en 1874 au service des Monuments Historiques et ouverte au public tout au long de l’année. Depuis 1969, une communauté monastique y assure également une présence spirituelle permanente.

Ce fut une journée riche d’histoire et de découverte, la beauté de ce lieu appelé Merveille de l’Occident ne peut que vous émerveiller.

Nous avons eu la chance de ne pas rentrer trop tard et de nous détendre un peu.

 

Jeudi

nous sommes partis pour découvrir l’île de Bréhat, le voyage s’est effectué en chantant, notre guide Marie nous a fait pousser la chansonnette durant le trajet, nous n’avons pas vu passer le temps.

Le soleil est présent à l’arrivée à Paimpol, lieu de notre départ du bateau, nous n’avons pas du chanter trop mal. D’un commun accord nous faisons le tour de l’île et de ses îlots, promenade qui nous a permis d’apprécier la variété des côtes, la beauté des rochers et des falaises du nord, le charme plus méditerranéen du rivage oriental, la couleur changeante des flots parfois très bleus, les couleurs du ciel et tous les oiseaux marins domiciliés sur l’île. Bréhat fait face à la pointe de l’Arcouest, au nord de Paimpol. Très découpée, sa côte est entourée de 86 îlots et récifs. Avec 290 ha, l’île principale, longue de 3,5 km et large de 1,5 km maximum est en fait composée à marée haute de deux îles réunies au XVIIIe siècle, par un pont-chaussée (ou pont ar Prat c’est-à-dire « pont de la Prairie », appelé aussi « pont-chaussée Vauban.

C’est dans l’anse de Port Clos que nous débarquons pour découvrir l’île de l’intérieur, petites routes et sentiers nous font cheminer sur cette île où nous visitons les lieux les plus importants.

Surpris par une végétation très méditerranéenne, le climat y est très doux, on y respire une douceur de vie. Aussi cette journée est passée avec une rapidité grande tant nous y étions bien. Le soir nous avons eu droit au karaoké, notre ami Brian s’est révélé en chanteur hors pair à notre grande surprise.

 

Vendredi

notre dernier jour, nous partons pour le cap Fréhel, un des sites les plus grandioses de la côte d’Emeraude.

Ses falaises hautes de 70m et ses îlots forment un habitat naturel pour une grande variété d’oiseaux nicheurs. Cap Fréhel, se dessine le plus vaste ensemble de landes littorales des côtes françaises. Ainsi quatre bruyères, nuancées de violet-rose, associées à des ajoncs, nuancés de jaune, se rencontrent et reflètent la diversité floristique présente. Eblouis par cette lande de bruyère et d’ajoncs, ébahis par les eaux aux couleurs émeraude et les murailles de grés rose, gris et noir nuancées par la lumière, nos yeux n’ont su où regarder, ce fut un enchantement, nous n’avons même pas senti la pluie, je crois que nous avons commencé à devenir breton.

Nous avons repris le car pour la visite de fort La Latte. Ce château, construit au 14ème siècle, a été remanié au 17ème et restauré au début du 20ème. Il a conservé son aspect féodal et occupe un site spectaculaire, du donjon le panorama est étonnant. Cette visite fut très intéressante.

Nous sommes rentrés déjeuner au centre pour repartir l’après-midi faire une petite marche et voir ainsi le port d’Erquy qui mérite d’être vu, capital de la coquilles st Jacques, nous l’avions aperçu par le haut le 1er jour de notre arrivée, par le bas c’est pas mal non plus,

le car nous a repris, nous avons ainsi pu faire quelques achats de spécialités bretonnes.

Rentrés au centre Jacky nous a fait la surprise de nous offrir l’apéro pour la fin du séjour, merci Jacky de cette délicate attention, nous avons tous apprécié.

De surprise en surprise, ce fut en arrivant à table que nous sommes restés ébahis par la présentation, le plus ce fut l’arrivée du dessert, mise en scène bretonne, le gâteau est arrivé par bateau. Soirée dansante, tout le monde a participé, vraiment une superbe soirée.

Ce voyage va nous laisser un goût de reviens-y, très varié par la visite de lieux historiques, d’endroits mythiques et la découverte de cette nature si différente de notre région.

L’accueil du centre de Roz Armor frôle la perfection. Nous ne saurons que trop remercier Jacky de nous avoir embarqués à l’autre bout de la France pour y découvrir cette région magnifique qu’est la Bretagne du nord. Nous avons quand même marché plus de 60 kms.

 

Encore un séjour que nous n’oublierons pas, séjour passé dans une superbe ambiance et dans un environnement exceptionnel face à la mer.

Laissez un commentaire