NOTRE SEJOUR A SIX FOURS

Classé dans : Séjours | 0

NOTRE SEJOUR A SIX FOURS 27/03 AU 29/03/2018

 

Nous voilà de retour de notre séjour au bord de la mer, partis 20 nous sommes revenus le même nombre ouf !

 

Séjour super réussi, pas de pluie, un peu de vent et un peu de soleil, une température idéale pour ne pas transpirer,

 

nous nous retrouvons tous à la Ciotat pour notre 1ère randonnée.

Au départ de l’avenue du Mugel, nous faisons un aller-retour dans le parc du même nom jusqu’au belvédère du bec de l’Aigle, le point de vue et l’ascension valait le détour. Non loin des célèbres chantiers navals de La Ciotat, nous marchons quelques minutes dans un quartier pavillonnaire avant de rejoindre la chapelle Notre Dame de la Garde  en direction du Sémaphore.

 

Accroché à la falaise, il s’élève tout à là-haut sur la colline. Là, nous  prenons conscience des 300 mètres de dénivelée. Mais heureusement la montée est progressive et ne présente pas de difficulté. Avant le sémaphore nous décidons de prendre le repas à l’abri du vent ambiance garrigue, tranquillité, et vert des pins, la vue en plus. L’endroit est propice selon la saison à la croissance de freesias, iris nains, asphodèles, bruyères. Arrivé au niveau du sémaphore, nous n’avons pas hésiter à nous avancer vers Cassis pour contempler les calanques marseillaises au loin. Le Sémaphore est là et le panorama sur La Ciotat grandit. Une pause photo s’impose. Impossible de résister. Au sommet, le sentier contourne le Sémaphore sur la droite et rejoint la route des Crêtes. Nous voilà passés de l’autre côté du panorama. Le sentier longe une rangée de pins, puis descend par l’ancienne chapelle de la Sainte-Croix. Tout au long de la descente, la vaste baie de la Ciotat s’offre au regard du marcheur. Le panorama est impressionnant ! Nous continuons toujours tout droit et la route devient goudronnée.

 

À ce moment-là, une belle descente nous attend ! Nos genoux se souviendront longtemps de ce Chemin de Croix.

 

Nous reprenons la route pour notre lieu de séjour à Six Fours, de nouveau rassemblés nous regagnons nos appartements respectifs. Nous décidons de prendre l’apéro dans un des appartements, un peu à l’étroit pour 20 personnes, mais plus on est de fou plus on rit. Plus tard nous partons en quête d’un lieu pour le repas du soir, le choix fut vite fait, peu d’établissement étant ouvert. En plus nous avions fait le bon choix, nous décidons de réserver pour le soir suivant.

 

———

 

 

Après une bonne nuit de sommeil, nous partons pour notre 2eme excursion, l’île des Embiez.

 

Après les 7mn de traversée nous voici sur l’Île, véritable écrin de verdure! Après avoir longé le port et parcouru rapidement du regard les nombreux panneaux explicatifs installés lors de l’anniversaire de la naissance de Paul Ricard en 1909- 2009, nous attaquons une petite montée. Nous dominons la plage du « Petit Rouveau », avec une belle vue sur « l’ile du Grand Rouveau ». Nous longeons alors la côte Ouest très sauvage, parsemée de jolies plages de sable désertes. La végétation est magnifique, exubérante . En continuant vers le sud, nous arrivons en surplomb de l’agréable et belle plage du Rix, nichée entre la pointe du Rix et la pointe de Coucoussa. En pleine nature, la tombe de Paul Ricard, face à la mer. Nous approchons alors du point culminant de l’île avec l’ancienne tour de la marine, le point de vue est magnifique et saisissant avec des falaises surplombant de 50 m la mer.  Nous descendons ensuite jusqu’à la plage de Coucoussa et la pointe du Grand Gaou. Nous faisons alors face à l’île du Grand Gaou. Dans une des criques nous prenons notre repas, un régal pour la détente, que demander de mieux. Nous repartons pour Longer ensuite la magnifique lagune du Brusc. Il s’agit du plus beau récif-barrière de posidonies de la côte méditerranéenne française. La lagune du Brusc est une cuvette qui s’étend sur 42 hectares, avec un profondeur comprise entre 20 et 100 cm, nous pénétrons ensuite dans une zone entièrement boisée pour atteindre la pointe du Canouvié. Nous sommes alors aux portes du port de l’île des Embiez, nous avons fait le tour de l’ile. En attendant le bateau petite décontraction au café du port. Le bateau nous ramène sur la terre ferme.  Soirée apéro dans un autre appartement, un peu plus grand, puis repas à notre resto attitré. Encore une bonne nuit de sommeil et nous voilà repartis pour l’ascension à notre Dame du Mai.  Nous partons d’un parking aménagé du site du Mont Salvat, près des fondations d’une ancienne villa gallo-romaine. Cet itinéraire entre le Brusc et Notre-Dame du Mai, est appelé la « Corniche merveilleuse ». Le sentier permet de gravir le site classé du Cap Sicié au caractère montagnard dont le sommet culmine à 360 m. La balade se fait entre mer et montagne. Les images se bousculent, en quelques mètres le paysage peut changer rapidement. Au départ le paysage d’abord se couvre dans les sous-bois puis se découvre totalement. Nous passons de la fleur minuscule au massif gigantesque. La démesure est étonnante ! De la même manière le sentier n’est pas continu mais très sinueux et s’éloigne quelquefois du bord de mer pour suivre la crête du massif. Nous empruntons un sentier sportif à flanc de falaises. Ce tronçon surplombant la mer présente quelques difficultés mais rien ne nous résiste. L’ascension du mont commence ! Le parcours s’annonce ensuite plus à découvert et à flanc de colline. Il est d’une grande beauté.  Le sentier, très spectaculaire, passe en balcon au-dessus de la mer. On passe devant une source avec un bassin dans un abri de végétation très curieux. Sous l’antenne de l’émetteur, près d’une plateforme aménagée, un panneau indique le sentier pour rejoindre ND du Mai : 150 m de dénivelé à gravir. Après un peu d’effort nous atteignons le sémaphore, encore quelques enjambées pour atteindre notre chapelle point culminant : panorama à 360° sur la rade de Toulon, les îles, l’arrière-pays toulonnais, la forêt de Six-Fours, la baie de Sanary, les calanques, la Sainte-Baume. La presqu’île de Sicié constitue la plus haute falaise du Var, en un promontoire orienté Est Ouest, abritant au nord la forêt de Janas, portant à l’est l’ancien sémaphore de 1589, en son milieu la chapelle ND du Mai et l’antenne relais, et à ses pieds en un chaos multiples, rochers et plages secrètes. La rade de Toulon est aux pieds nous mangeons devant un spectacle grandiose, quelle merveille. Hélas il faut songer au retour, le retour se fait par les crêtes, nous prenons l’ancien chemin du télégraphe. Nous découvrons le poste de direction de tirs et de télémesure de la batterie d’artillerie du cap Cépet à Six Fours les Plages. De construction française, il date des années 1930, situé entre ND du Mai et La lèque au sommet de Montjoie, il dirigeait les tirs des batteries côtières entre Saint Mandrier et Six Fours. L’armée allemande l’aurait également utilisé pendant la dernière guerre, mais sans y installer de canons. Nous y découvrons de nombreux graffitis amusants. La descente un peu raide sur un très mauvais chemin nous ramène sur notre trajet du matin dans la magnifique forêt de pins qui nous conduit à nos véhicules.

Durant ces 3 jours nous avons traversé des paysages très divers, avec des points de vue extraordinaires, nous avons parcouru : rando la Ciotat 11,4 km – 530m de dénivelé ; l’île des Embiez 7km-180m de dénivelé ; rando Ntre Dame du Mai 11,7 km-500m de dénivelé. Soit au total 30,1 km 1210m de dénivelé.

 

Voir les Photos

 

j’ai galéré pour vous envoyer les photos, d’abord ma box que j’ai dû changer à cause de l’orage de vendredi soir, puis le site Picasa qui ne veut plus fonctionner comme avant.

Enfin l’important c’est d’arriver à ces fins, même si c’est plus long et difficile. Bonne soirée à tous et à bientôt.

Laissez un commentaire