NIBLES ET LA FORET DU SASSE

Classé dans : Randonnées | 0

23 hommes et femmes sortent des voitures garées non loin de la superbe église restaurée de Nibles. Avant le XVIIème siècle, une première église paroissiale dédiée à Notre-Dame de Bethléem avec son cimetière attenant se trouve près de l’ancien château, au lieu-dit La Bâtie. Le bâtiment appelé château est une maison seigneuriale, datant de la fin du XVIIIe siècle ou du XIXe siècle. Il possède un pigeonnier cylindrique, construit devant sa façade. Un autre bâtiment également appelé château est une tour de guet, à la Bâtie, datable de la fin du XIIe siècle ou du XIIIe siècle. Elle est construite sur un piton rocheux, au-dessus de l’ancienne route nationale 551. De forme carrée, elle subsiste sur 6 à 7 m de hauteur. Lorsqu’au XVIIème siècle, le château et le village se déplacent dans la plaine, l’église garde sa prérogative. Le culte se pratique alors dans la demeure du seigneur de Nibles, François de Pontevès, dans la chapelle de l’Assomption construite en 1687. Le transfert de la paroisse dans la plaine, sur le site qu’elle occupe encore, a lieu en 1717 dans le hameau du Plan. Nibles tout petit village d’où démarre la randonnée d’aujourd’hui. La localité apparaît pour la première fois dans les chartes sous le nom d’Umebellus, puis sous la forme Nibla seulement vers 1200. Elle appartient à l’ordre de Malte à partir du XIIe siècle. Les églises du lieu, dont le prieuré d’Ulmebel, relevaient de l’abbaye Saint-Victor de Marseille. Le fief est réuni au marquisat d’Oraison en 1588, puis passe à la famille André au XVIIe siècle, puis aux Arnaud au XVIIIe siècle. Outre ce fief, il existait un deuxième fief sur le territoire de la commune, à Antraix, orthographié aujourd’hui Entraix. La communauté relevait de la baillie de Sisteron. Le château est pillé durant la Révolution, en mars 1792. Peu après, il est entièrement démoli. L’étymologie de Nibles vient du latin Nubilus, couvert de brouillard qui exprime très-bien la position de ce pays dans un endroit bas et resserré par les montagnes, et ou les vents  ne dissipent qu’avec peine les nuages. Aujourd’hui c’est une brume mêlée d’un pâle soleil qui nous a tenu chaud toute la journée. Nibles. Le village est situé sur le bord du Sasse, le pont étant à une altitude de 595 m. Sur le territoire, on trouve la gorge du Bastidon. Le point culminant est le Rocher de Hongrie à 1 189 m. Les communes limitrophes de Nibles sont  Vaumeilh, La Motte-du-Caire, Valernes et Châteaufort. Il sort d’une montagne et auprès du lit de la rivière du Sasse, une source d’eau salée qui est plus ou moins abondante, suivant l’élévation des eaux de la rivière.  Le Sasse prend sa source sur la commune de Selonnet, la longueur de son cours d’eau est de 38,4 km,  le Sasse connaît des crues violentes : lors de celle de 1934, il détruit plusieurs ponts et emporte des tronçons de routes, c’est un affluent de la Durance. Nous partons le long d’un petit canal dans la vallée du Sasse, jusqu’à l’embranchement qui nous permettra de grimper en haut de la forêt. Des zigzags une ou deux côtes bien raides plus loin et nous arrivons sur la piste qui s’élève en douceur. Au passage on aperçoit Clemensane et puis dans la vallée à coté la Motte du Caire. La piste monte jusqu’au passage de l’homme mort (un de plus) et un peu plus loin nous occupons les ribes d’herbes sèches pour le piquenique avec le soleil, face aux montagnes malheureusement embrumées. Nous avons fait la moitié du chemin, il reste à redescendre et rejoindre Nibles. Beaucoup de pistes mais pas de grosses difficultés.

 

Longueur 13 kms 800 – dénivelé positif = 663 mètres – durée 5 heures.

 

Merci Christine pour cette agréable journée.

Voir les Photos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.