Journée du 16/01/2018 BIABAUX ST MARTIN LES EAUX

Classé dans : Randonnées | 0

Encore une belle journée passée ensemble, d’abord nous nous sommes retrouvés 24 pour accompagner Jacky dans cette magnifique randonnée, puis 31 pour déguster un excellent repas dans le très beau cadre du restaurant l’Original, situé à Saint-Martin-de-Renacas, c’est-à-dire Saint-Martin-des-Charbonniers (ancien nom jusqu’au siècle dernier) car les taillis grêles mais denses qui le cernaient avaient donné naissance à une petite industrie de charbon de bois. Ses ressources naturelles : eaux sulfureuses, lignite, soufre, gypse et schiste bitumineux distingue Saint Martin les Eaux de son voisinage.

 

Le tout sublimé par la visite de la crèche de Mme et Mr Battandier qui vivent leur passion depuis 10 ans.

 

Saint-Martin-les-Eaux : dix ans que la crèche Battandier illumine les pupilles des petits et grands enfants (article haute Provence Info avant noël)

Nous voilà dans le petit village autrefois thermal de Saint-Martin-les-Eaux, dont la configuration géographique à flanc de colline confère un air de crèche. Les 110 habitants ne nous en voudront pas. La crèche de Bernard et Marie-Renée recèle la particularité d’avoir une double «naissance». D’abord en 1922, quand Augusta la maman de Bernard se voit offrir par une sœur de retour d’Italie un Jésus en cire, un Gaspard en papier mâché. Bernard hérite de ses précieux personnages à son cœur de gosse. En 2006, alors que le buffet familial suffit à servir de plan à la crèche, voilà qu’un groupe de visiteurs, 19 au total emmenés par un voisin et ami dauphinois Gabriel, se retrouvent curieux et émerveillés dans la salle à manger.

Près de 11m², 338 personnages de 62 santonniers !

Trop exigüe, l’idée germe de rendre publique la crèche Battandier qui va sans cesse depuis s’agrandir pour afficher des dimensions conséquentes : 10,75 mètres carrés montés en 5 jours à deux, permettent au meunier, au maire, à Gaspard, Melchior, Balthazar, à Fanny tant redoutée des boulistes, au boulanger, au boucher, au tambourinaire, à la lavandière… et bien sûr à Marie, Joseph et l’enfant Jésus de conquérir l’espace le temps de la Nativité. Petite confidence au passage, les rues et chemins sont recouvertes de petites pierres fines et blanches… Avez-vous une idée ? Les 338 personnages, 142 animaux, nés de la patte féconde de 62 santonniers différents déambulent sur de la litière de nos petits félidés domestiques.

Quant aux 42 monuments, bâtiments «C’est de la pierre d’ici de l’oligocène (ndlr : autour de 28 à 30 millions d’années) que je découpe, taille, ajuste au couteau et assemble à la colle à bois» explique l’affable Bernard. La liste est longue des œuvres ainsi réalisées en arpentant la Provence par monts et vaux : la Chapelle de la Bastide des Jourdans qui a demandé 320 heures de travail sur 16 mois, une cabane de gardian, le cairn de la Montagne de Lure, la fontaine de Cotignac, la croix du Chêne de Saint-Michel l’Observatoire… complétés en 2016 par la borie de Saint-Saturnin-les-Apt, un apier (mur d’abeilles), et l’oratoire de Bon secours qui entame la montée vers Saint-Pancrace à Forcalquier.

«A chaque bout d’an, je suis heureux de rajouter les dernières venues, j’ai encore pléthore d’idées, le théâtre de verdure de Redortiers… et une pyramide d’Egypte… oui je quitte le tout Provence pour des terres pas si lointaines de la naissance du Christ» sourit Bernard. Entre le théâtre du petit village contadourien, et les «trois grandes de Gizeh» c’est plus qu’un grand écart mais l’esprit qui déambule peut s’offrir tous les passeports. Pour mener à bien tous ces projets souhaitons au couple ce qu’a couché sur le livre d’or une plume amicale et certainement conquise par la visite «que vous restiez éternels».

 

Notre randonnée par un temps menaçant au départ a été récompensée par un grand soleil au retour,

après avoir traversé le gué de reculon, nous avons parcouru la magnifique forêt du prieuré d’Ardene, propriété privée , à  côté d’un castel. Ce domaine a constitué une « hospitalité » dès 1209. Chapelle de 1720 , Notre Dame .  Le castel , lui est du XVII ° , mais inaccessible. Notre parcours c’est poursuivi sur l’ancienne voie ferrée, chemin nous ramenant à nos voitures.

 

Voir les Photos

 

Nous avons parcouru 13kms et 300 m de dénivelé, , merci Jacky pour ton organisation et la réussite de cette journée merveilleuse.

 

Laissez un commentaire