DES CRETES DE VITROLLES AU PAS DE MARSEILLE

Classé dans : Randonnées | 0

DES CRETES DE VITROLLES AU PAS DE MARSEILLE

21-11-2023

 

Que d’aventure aujourd’hui. Arrivés à Céreste la route pour monter au col de l’Aire des Mascas est coupée pour travaux, aucune indication pour un autre chemin, heureusement mon copilote Christian  a demandé à un autochtone le chemin, l’explication un peu complexe nous envoie vers le chemin du Luberon, petit cafouillage dans un lotissement, nous repartons en direction de Montjustin, encore une mauvaise direction pour finalement retrouver la bonne route pour le col, ouf ! Enfin ce n’est pas grave la température extérieure étant assez fraîche, cette petite diversion nous a permis de récupérer quelques degrés avec la montée du soleil. Arrivés au lieu de départ tout le monde se couvre, un petit vent commence par nous écheveler. Nous partons d’un bon pas pour nous réchauffer, le temps est clair, nous allons avoir une belle journée. Par un sentier assez facile mais un peu caillouteux, suivie d’une petite montée nous avons atteint le pas de Marseille. Le sommet offre une vue vers le nord sur le Ventoux, les monts du Vaucluse, Viens, Banon puis en tournant autour de soi  vers l’est Reillanne, Lincel, Forcalquier et les sommets des Alpes, plus au sud le lac de la Bonde, les Alpilles, la Sainte Victoire, Cadarache, enfin 360°. Le vent avait une emprise assez violente, aussi nous ne nous sommes pas trop attardés, et avons pris la descente qui s’offrait à nous avec vigueur. C’est l’heure du repas, nous cherchons un peu d’abri coté sud aux pieds des arbres. Finalement nous avons pu mangé tranquillement sans trop souffrir du courant d’air. Malgré tout nous ne sommes pas restés trop longtemps et nous avons repris la marche avec énergie pour ne pas sentir le froid. Le chemin tout en balcon, côté sud du Luberon nous a permis d’être à l’abri avec le soleil en surplus et la vue. Puis une piste traversant de belles forêts nous ont ramené gentiment jusqu’au point de départ.

Un massif de 60 km de long entre Alpes et Méditerranée

Peu élevé, le massif du Luberon est composé du Petit Lubéron et sa forêt de Cèdres qui culmine à 700 mètres d’altitude, et du Grand Lubéron dominé par le mont Mourre Nègre à plus de 1100 mètres. Les deux parties du massif se trouvent de part et d’autre du lit de la rivière Aiguebrun, dont le cours a creusé au fil des millénaires la Combe de Lourmarin. Le massif est traversé par d’autres rivières et ruisseaux ; il abrite également le grand étang de la Bonde, seul plan d’eau de son territoire, situé entre la Motte-d’Aigues et Cabrières-d’Aigues. Si le tourisme s’est développé dans le massif à une époque récente, le territoire du Lubéron est en revanche marqué par une longue tradition agricole. Les coteaux du massif sont en partie plantés de vignobles, à l’origine de deux AOC. Entre Vaucluse et Alpes-de-Haute-Provence, le Luberon est un massif des Préalpes, au visage tout à la fois méditerranéen et alpin. Les marchés de Provence y sont une institution, de même que le pastoralisme dans les pelouses de crêtes du Grand Luberon. Le massif du Luberon s’est formé entre l’ère secondaire et le milieu de l’ère tertiaire. Il est composé de trois parties principales : le Petit Luberon, le Grand Luberon et le Luberon Oriental. C’est un endroit chargé d’histoire et où le patrimoine culturel occupe une place particulière.

Le massif s’étend sur plus de 600 kilomètres carrés et abrite plusieurs villages de charmes. Cinq d’entre eux font partie des « plus beaux villages de France », dont Roussillon et Gordes.

Nous avons marché 12 kms pour 440 m de dénivelé.

Voir les Photos

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.