DAUPHIN – FOURS ET MINES DE GYPSE

Classé dans : Randonnées | 0

DAUPHIN – FOURS ET MINES DE GYPSE 

jeudi 20 février 2020

Rendez-vous à Dauphin, après le petit pont, près du moulin de l’Ausselet d’où nous démarrons la randonnée. Sophie et Christian nous attendent, nous serons 6.

Nous sommes rapidement dans la forêt domaniale de Pelissier et commençons par monter, monter par une large piste que nous quittons bientôt pour un petit sentier vers une source. Nous regagnons notre itinéraire prévu pour gagner la mine de gypse de l’Escourteja. L’entrée est étroite mais c’est une très grande pièce au-delà d’un tunnel d’une dizaine de mètres que nous ne verrons pas, une grille ferme l’entrée. Nous revenons une centaine de mètres sur nos pas pour prendre un chemin qui nous permet de contourner la colline et nous amène à la route entre Dauphin et Manosque (via le Col de la Mort d’Imbert). Nous revenons vers la route et passons devant les reste d’un ancien moulin puis nous gagnons un site où plusieurs fours à gypse ont été reconstitués. Nous repartons et gagnons rapidement les voitures toutes proches.

Nous avons parcouru 7,5km pour 350m de dénivelé.

Depuis combien de temps sont-elles exploitées ? plus de 700 ans ! comme en témoigne en 1278, l’acte de cession d’un défends appelé Escourtegat pour 60 livres… Le 22/01/1440, par l’acte de cession en emphytéose perpétuelle, la communauté de Manosque acquiert…

Pour se rendre à la mine de gypse de l’Escourtejá, mieux vaut être accompagné : un sentier parfois dégradé et en forte montée sur la fin, aboutit face à l’entrée de la mine de gypse, petite mine privée fermée par une grille et un cadenas ; On ne voit pas grand-chose, l’éclairage est faible, la température fraîche ; une paire de rails sur lesquels le wagonnet circulait, est encore fixée au sol.

Prudhomme, 1840, Joseph Scipion Gras parle de trois ou quatre bancs gypseux sur la colline de Scourtgat (transcrit sans doute par l’auteur tel qu’il l’a entendu !) mêlés de marne et de calcaire. Ces mines sont exploitées par 5 ou 6 ouvriers. Les débouchés sont locaux (Mane, Dauphin, Forcalquier, Peyruis) ; le transport jusqu’à la route se fait à dos de mulet, donc bien plus difficile que dans les gypières de Manosque. Vers 1819, à Dauphin, 15 ouvriers travaillent pour leur compte la chaux ou le plâtre. En 1825, à Dauphin, « site pourtant riche en combustible minéral, une demande pour un four à plâtre est accordée à titre de simple tolérance toujours résiliable ». C’est un travail saisonnier en dehors des travaux des champs, qui dure 6 mois maximum ; le plâtre fabriqué à Dauphin, de qualité ‘inférieure’, sert essentiellement à la construction. Il offre de plus un avantage particulier pour les habitants démunis : les plâtres récupérés des ruines ou des démolitions peuvent être recuits et réutilisés. Pour fabriquer du plâtre, il faut cuire le gypse dans un four qui nécessite énormément de bois ; pendant des siècles, le déboisement pour la transhumance puis l’utilisation du bois comme combustible par les gypiers (120 kg de bois pour 1 m3 de plâtre) et les chaufourniers, ont décimé les forêts. Au XIXè, avec l’arrivée d’une nouvelle administration des forêts, commence la réglementation pour l’installation des fours à plâtre. Les riverains ont 20 jours pour faire connaitre leur opposition : risque d’incendie, pollution par les fumées, éboulement, inondation (dérivation de l’eau pour les moulins) ; dans ce cas, une enquête est lancée. Avant même la préfecture, c’est l’avis des agents des Eaux et Forêts qui est sollicité. Pour les fours permanents, par ordonnance royale en 1815, ce sont deux autorisations qui sont nécessaires : celle des forestiers et celle de la préfecture. Comme pour les exploitations liées à la production de chaux, les  archives concernant le plâtre traitent essentiellement des demandes d’autorisation faites par des individus, groupe d’habitants d’un hameau ou village et des communes elles-mêmes. Contigu à chaque carrière de gypse, on trouve donc un four à plâtre. Petit détour par la source de Comtard (IGN, 2003) que je ne sais trop comment appeler tant son nom a été déformé au fil des siècles (1420 : Gontard, 1778 : Contard, 1824 : Contat). Un hâvre de fraîcheur envahi par une végétation luxuriante, bien caché derrière les arbres. Le long de la route, en contre-bas, les ruines du moulin Gontard. Est-ce le plus vieux datant du moyen-âge ? il sera en partie restauré par les Compagnons du devoir. Le plus vieux moulin Gontard sur l’Ausselet, jamais à sec, existait avant 1413 sous le nom de « Féraud Estève » du nom du seigneur en partie, de Dauphin ; en 1420. Reynaud et sa femme Pellegrine le vendent à Barthélémy Gontard, riche négociant de Manosque, d’où le nom qu’il conserve encore aujourd’hui ; situé à la frontière entre Dauphin et Manosque (la frontière c’est la rivière de l’Ausselet qui est côté Manosque), son appartenance à Dauphin a longtemps été contestée. Le 18 août 1473, après accord avec les consuls de Dauphin, il est définitivement situé sur le terroir de Manosque. Le plâtre pouvait aussi être réduit en poudre par écrasement sous des meules actionnées par la force animale ou la force hydraulique. Ces moulins à plâtre fonctionnaient comme des moulins à farine. Ceux de l’Ausselet ont eu cette double fonction. D’après wikipedia escourtejá: écorché, écourté, déchiré. Ce toponyme est très ancien. Est-ce parce que la colline a été « déchirée » par de nombreuses mines ? Le gypse, dénommé aussi gypsite ou pierre à plâtre, est une roche tendre saline ou une évaporite commune, voire abondante, entièrement cristallisée, composée principalement du minéral gypse, un sulfate doublement hydraté de calcium. Une ordonnance royale du 14 janvier 1815 stipule que « nul four à plâtre permanent ne peut être construit sans que les agents forestiers n’aient été entendus et sans qu’une autorisation du Roi en Conseil d’Etat n’ait été rendue ».

Voir les Photos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.